Apprendre à clore son travail

Posté par:

Comprendre que tout travail peut s’étirer à l’infini

Connaissez-vous la loi de Parkinson (Développée par Cyril Northcote Parkinson dans un article paru en 1955 dans The Economist) qui dit que « Tout travail augmente jusqu’à occuper entièrement le temps qui lui est affecté ». Ce qui signifie que si vous prévoyez de finir ce document dans 1 heure, il vous faudra (au moins) 1 heure mais que si vous prévoyez de l’achever en deux jours, il vous faudra deux jours complets. Et pour un résultat pas forcément bien meilleur. En effet, selon la loi de Parkinson on adapte le travail au temps dont on dispose. Tous les étudiants savent que pour faire un mémoire, on peut y passer 1 mois sans rien écrire, et que la veille de le rendre, on va y passer la nuit et le terminer.

Se donner un bref délais avec la méthode Pomodoro

La méthode Pomodoro consiste à se fixer des dates butoirs, très courtes, afin de créer un sentiment d’urgence positif et motivant. Ainsi, à la fin du temps que vous vous êtes accordé, à vous de décider si ce travail mérite d’être continué alors qu’il y a aussi d’autres activités à mener.

Accepter de clore

Voici un conseil et une phrase que je me répète souvent « Il faut apprendre à clore et pas à finir ». En effet le travail ne sera jamais fini, on pourra toujours l’améliorer ou le peaufiner. Apprendre à clore, ça veut dire accepter à un moment que la tâche est finie, même si elle n’est pas parfaitement réalisée, mais qu’il est temps de passer à autre chose. Ça ramène au principe de Pareto qui veut que pour être efficace, il faut passer 20 % de son temps pour atteindre 80% de ses réalisations.

Bien sûr on pourrait travailler plus pour réaliser plus, mais cela demande un grand effort pour des résultat moindre, autant passer à une autre tâche importante non?

  Related Posts

Ajouter un commentaire